rue des bons-enfants

rue des bons-enfants

Le podcast des engagements militants

Sam (il)

Le capitalisme, les problématiques de genre, le patriarcat, les questions environnementales, les droits des exilé·e·s : voilà quelques-uns des sujets auxquels tu es déjà sensible. Parfois, tu sors manifester. Mais tu as conscience que ce n’est pas suffisant. Tu rêves secrètement au grand soir mais ignores encore comment y contribuer. Peut-être t’es-tu déjà impliqué·e dans des actions, mais le résultat t’a paru insatisfaisant. Bref, tu aimerais savoir comment agir et t’engager. Ici, on va se pencher sur ces questions : on ira à la rencontre des personnes qui incarnent les luttes, dans leurs diversités d’être et d’action. On essaiera de comprendre ce qui les anime et pour quoi elles luttent. On souhaite encourager l’engagement, alimenter la réflexion, faire découvrir de nouvelles façons de lutter. Nous pensons que la réflexion sur les luttes doit être portée par les militant·e·s eux·elles mêmes. Cette réflexion doit être collective et nous aider à nous écouter et nous organiser. C’est parti !

En cours de lecture

Déserter, se retrouver, lutter, avec Vivi au pays des alternatives

Les Désert'heureuses, c'est un collectif qui appelle à un mouvement de désertion des ingénieurs et plus largement de désertion du monde de l’industrie du fait de son rôle central dans la destruction du vivant et l’exploitation de l’humain par l’humain. Je vous invite à suivre leur actualité sur leur site web.

Si les Désertheureuses prônent la désertion, pour elleux, celle-ci est indissociable des luttes écologistes et sociales contre les capitalistes et industries qu’iels viennent précisément de quitter.

J’ai rencontré Vivi qui est membre de ce collectif. Dans cet épisode, je l’ai longuement écoutée sur son parcours => de sa jeunesse, en passant par sa vie d’ingénieure, sa désertion et enfin sa vie d’aujourd’hui autour de luttes politiques radicales, d’émancipation. Elle s’est exprimée avec beaucoup de spontanéité et de sincérité et je l’en remercie encore, sur des sujets personnels, et qui en même temps peuvent faire écho aux parcours de pas mal de personnes, je pense.

Cette sincérité, on la retrouve dans son livre, "Au pays des alternatives", sous-titré "Récits d’initiatives écologiques et sociales". Vivi y porte un discours très offensif et qui dépasse le cadre classique et étriqué de l’écologie. Si vous vous retrouvez de près ou de loin dans son parcours, je vous recommande son livre, il est très précis et documenté et en même temps facile d’accès. Il a été publié aux éditions tirages de têtes en mars 2022, avec une réédition en vue pour 2023.

Vous pouvez la suivre sur Instagram et sur Youtube pour voir ses reportages vidéo.

Je m’appelle Sam, je suis un mec cisgenre racisé, bienvenue à toutes et tous au numéro 13 de la rue des bons-enfants.

En cours de lecture

"La tyrannie de l'absence de structure" de Jo Freeman

On inaugure un nouveau format : les lectures de textes. Je proposerai à l’écoute des textes, où il y aura majoritairement des brochures. Ça tournera, bien évidemment autour de l’engagement politique et militant. L’un des buts sera de partager et rendre accessible des propos, des expériences au format podcast. Parce qu’on n’a pas toujours le temps ou l’envie de se farcir activement des textes un peu longs, l’idée sera de vous les rendre disponibles à l’écoute.

Et on commence par un texte intitulé « La tyrannie de l’absence de structure ». C’est un essai écrit en anglais par Jo Freeman et publié en 1972. Il traite de l’apparition et la persistance, pratiquement inévitable selon l’autrice, de rapports de domination, de pouvoir, entre les individus des groupes militants féministes. Ces rapports de domination sont d’autant plus difficiles à reconnaitre, admettre, et combattre que ces groupes militants prône l’absence de structure précisément pour empêcher ces rapports de domination d’exister. Jo Freeman tente de montrer que c’est une illusion et propose des pistes pour structurer démocratiquement les groupes militants.

Jo Freeman est née en 1945 aux États-Unis, c’est une avocate blanche et qui a milité dans le mouvement de libération des femmes américain.

C’est un essai qui a été très lu et commenté, encore aujourd’hui, et qui dépasse le contexte des groupes militants féministes autonomes des années 70. Je pense qu’on est nombreux·euses à avoir constaté, dans nos propres expériences militantes, l’existence de relations hiérarchiques indicibles dans des groupes théoriquement horizontaux.

Un camarade, Slowrel, à qui je fais coucou s’il m’écoute, m’avait fait remarquer à propos de ce texte qu’il n’était pas très clair si les constats dressés par l’autrice étaient ou bien le fruit de son expérience personnelle ou bien d’une étude sociologique au sein de groupes militants. Que le point de vue de l’autrice s’effaçait derrière des formulations impersonnelles. Si je n’avais pas perçu ça à la première lecture, je suis tombé d’accord avec lui à la relecture. On ne sait finalement pas comment se situait alors Jo Freeman vis-à-vis de ces rapports de domination dans ses groupes, et en quoi cela a influencé son propos.

Cette précision faite, sachez que le texte complet est dispo ici : https://infokiosques.net/spip.php?article2

Et pensez à vous abonner sur les plateformes de podcast du démon, Apple Podcast, Deezer, Spotify, etc. C’est parti !

En cours de lecture

Face au football moderne, quelles résistances ? avec Yann, de Dialectik Football

Le football n’est même pas considéré comme un sujet politique, y compris par les médias de gauche critique et encore moins par les médias de sport. Alors qu’à mon avis, une analyse simple qui consisterait à dire que le capitalisme est une notion abstraite, qu’elle s’incarne dans des individus, des entreprises, des instances ayant des intérêts, et que ces intérêts sont contraires à ceux d’une grande partie de la population, alors avec cet angle, le football devient un sujet politique ET un terrain de lutte.

Ça me fait un gros plaisir de vous retrouver pour ce nouvel épisode. Pour cet enregistrement, je suis retourné à Montpellier, et j’en profite pour remercier les camarades du local Le Barricade, pour nous avoir ouvert leurs portes. J’y suis allé interviewer Yann. Il a 38 ans, il se présente comme un prolétaire qui va au stade, et qui écrit. Il est en effet l’animateur principal du média Dialectik Football, et je le laisserai le présenter.

Si j’ai eu envie de m’intéresser au football dans ce podcast, c’est parce que, depuis que je suis petit, je vais au stade, de temps en temps. Et comme Yann, j’ai assez vite été dégoûté de la tournure prise par le sport, où entre autres symptômes, le pognon est devenu roi.

Avant qu’on entre dans le vif du sujet, sachez qu’il n’y aura pas d’épisode en juillet et août, on reviendra en septembre. En attendant, pensez à vous abonner aux réseaux sociaux du podcast, j’y relaierai les différentes mobilisations de cet été.

Et enfin, je tiens à remercier Boris pour la lecture des extraits qu’on entendra dans cet épisode.

Salut à toutes et tous, je m’appelle Sam, je suis un mec cisgenre racisé, on rejoint tout de suite Yann pour l’épisode 12 du podcast rue des bons-enfants.

La retranscription complète de l'épisode est dispo ici : https://bons-enfants.fr/2022/06/face-au-football-moderne-quelles-resistances-avec-yann-de-dialectik-football/

En cours de lecture

L’autodéfense des femmes face aux violences patriarcales, avec Mathilde Blézat (2/2)

Qu'est-ce que l'autodéfense pour les femmes ; quelle est son histoire, depuis son apparition dans la lutte pour le droit de vote des femmes au début du 20e siècle jusqu’à aujourd’hui en Europe francophone ; de quelle manière l’autodéfense permet aux femmes de se préserver des violences physiques et psychologiques. Mathilde et Gab vont aussi nous aider à défaire nos idées reçues sur les mécanismes d’apparition de ces violences.

On est de retour, au 11 bis de la rue des bons-enfants, toujours avec Mathilde Blézat, toujours militante féministe et autrice de l’essai « Pour l’autodéfense féministe », aux éditions de la dernière lettre, et paru en février 2022.

Avant de rejoindre Mathilde –et Gab –, pensez à vous abonner sur vos applis de podcast. Je viens d’ailleurs de voir que le podcast est disponible sur l’appli AntennaPod, appli dont j’ignorais encore l’existence il y a une heure. J’en profite pour saluer les camarades qui nous écoutent sur AntennaPod. À chaque nouvel·le abonné·e, ce sera un siège de député en moins pour les types de LREM, de l’UMP et du FN.

On a voulu produire un contenu facile d’accès si vous découvrez le sujet et en même temps approfondir si vous êtes déjà sensibilisées ou vivez ces problématiques. J’espère que cela vous plaira 😊
C’est parti !

La retranscription complète de l'épisode est dispo ici : https://bons-enfants.fr/2022/05/lautodefense-des-femmes-face-aux-violences-patriarcales-avec-mathilde-blezat-2-2/

En cours de lecture

Féminisme : comment s'engager dans les luttes ? avec Mathilde Blézat (1/2)

Le sexisme est là, tout le temps. Ses effets s’insinuent partout. Des remarques sexistes ordinaires jusqu’à la violence. Dans notre langage, dans la culture, dans nos manières de penser, nos cuisines, nos familles et jusque dans nos orgas militantes. Dès lors, et présenté comme ça, une notion abstraite, naturalisée, sans causes, sans personne pour en bénéficier ni pour la maintenir comme un système de domination, comment lutter ? Face à qui ? Comment gagner ?

Dans ce nouvel épisode, c’est à l’engagement féministe qu’on va s’intéresser. C’est un sujet que je connais mal, vu que je ne m’implique pas directement dans les luttes antisexistes. Et j’adhère à ce principe selon lequel ce sont aux personnes concernées par une discrimination de mener leur lutte comme elles l’entendent.

J’en profite pour remercier les camarades de la Base, c’est un local pour les luttes écologistes et sociales, c’est là‑bas qu’on a réalisé l’enregistrement.

Ah, dernier truc avant qu’on rejoigne Mathilde, pensez à vous abonner sur votre appli de podcast. Abonne-toi, le Ciel t’aidera, comme disait l’autre.

Je m’appelle Sam, je suis un mec cisgenre racisé, bienvenue à toutes et tous au numéro 11 de la rue des bons-enfants.

La retranscription complète de l'épisode est dispo ici : https://bons-enfants.fr/2022/04/feminisme-comment-sengager-dans-les-luttes-avec-mathilde-blezat/